Archive for the ‘Addic…Scion’ Category

Equipe de France feeder 2017 au Portugal

Championnat du monde feeder 2017 au Portugal

 

Les 24 et 25 juin 2017 avait lieu le 7ème championnat du monde feeder à Gabeçao au Portugal.

Composition de l’équipe : Yoann HOUSSAIS, Christophe SOBOLEWSKI, Christophe CATHELIN, Jérémie BOISSIERE, Romain FOIRATIER, Gaspard GASTET.

Capitaine : Yvon HOUSSAIS, secondé par son adjoint : Vincent HURTES.

Lors de la deuxième journée, notre équipe de France feeder n’a pas pu rattraper le retard accumulé à l’issue de la première manche, en raison d’hésitations stratégiques. Apparemment, il fallait choisir très rapidement entre une pêche d’ablettes et une pêche de gros poissons. Mais ce n’est pas si facile, car le temps perdu à lanterner ne pardonne pas à ce niveau de compétition. Un dilemme cornélien qui aura été fatal aux tricolores.

Ce sont donc les italiens qui montent sur la première marche du podium.

Néanmoins, malgré le résultat cinglant des membres de notre équipe nationale, il faut continuer à les encourager car leurs qualités techniques et leur combativité n’ont pas à être remises en cause. Leurs places au classement final ne reflètent pas leurs capacités et leurs compétences générales.

Un grand merci à Nicolas BEROUD de la rédaction d’Info Pêche pour ce reportage en direct très réussi qui a permis, à chacun d’entre nous, d’approcher ces champions français au plus près.

Team Daiwa

Team Daiw depuis BB CGLIMG_20170715_140536 (2)

 

 

Dernièrement, j’ai eu le plaisir d’utiliser, au bord d’une rivière, une canne et un moulinet qui forment un ensemble feeder très harmonieux. Il s’agit d’une « Team Daiwa River » et d’un « Procaster Evo 4010« .

Cette version nous décline une canne semi-parabolique, en carbone haut module, très sensible, dotée d’un design sobre. Sa légèreté n’affecte aucunement sa nervosité et sa puissance.

Dans le courant, vous pourrez nettement distinguer les touches pourtant très discrètes de petits goujons, ablettes, gardonneaux, pour les capturer facilement. Mais lorsqu’un beau chevesne ou un barbeau engamera brutalement l’esche de votre bas de ligne, vous constaterez que cette « Team Daiwa River » possède tout le potentiel nécessaire aux combats difficiles, même en plein courant. Elle mesure 3.90 m divisés en trois brins avec emmanchements par spigots. La finition des ligatures est de très bonne qualité ainsi que les anneaux et le porte-moulinet de marque Fuji.

Ce moulinet « Procaster Evo 4010 » constitue un partenaire idéal pour cette canne. Il est équipé d’un frein AV efficace et bénéficie d’une récupération de 94 cm au tour de manivelle. Son line clip HIP métallique assume parfaitement sa fonction, apportant ainsi une précision supplémentaire lors du lancer.

En conclusion, la combinaison de ces deux produits Daiwa fait naître un excellent compromis de type « médium » qui vous donnera entière satisfaction lors de vos parties de pêche en rivière ou en eau calme.

Devenez Hardy !

Hardy feeder rodLa semaine dernière sur les bords du Loir, Jean, un ami passionné de pêche m’a fait découvrir une canne que je qualifie d’exceptionnelle : une HARDY !

Il s’agit bien effectivement de cette marque britannique légendaire  qui fabrique des cannes à mouche d’une très haute qualité. Il paraît même que la famille royale britannique s’approvisionne chez HARDY, c’est vous dire … Quand Jean va apprendre cela, il va certainement en frémir. Toutefois,  ce n’est pas de canne à mouche dont je vais vous parler mais d’une splendide canne pour le feeder sortant tout droit des ateliers HARDY. Le modèle que j’ai eu le privilège de prendre en main mesure 3.90 mètres divisés en trois brins. Une finition très soignée, une couleur au vernis limpide, une qualité de liège qui ne se voit plus sur les cannes « grand public », de belles ligatures sur de nombreux anneaux haut de gamme parfaitement alignés.

Voilà du travail d’orfèvre, je vous le dis !

Les accessoires livrés avec cette canne destinée à la pêche au feeder sont à la hauteur de la fameuse réputation : petits bouchons pour protéger les emmanchements durant le transport, housse en tissu épais, le tout enfermé dans un étui rigide de belle facture aux couleurs de la marque.

Mais le plaisir ne s’arrête pas là, fort heureusement. En effet, c’est en séance de pêche que cette Marksman XT révèle tous ses talents. Une action plutôt semi-parabolique procure à cette canne une sensibilité hors du commun. La haute qualité du carbone permet de projeter à longue distance des amorçoirs pesant jusqu’à 90 grammes. Comme je vous le disais, la sensibilité est à l’honneur avec le choix entre trois scions différents dotés d’une précision inouïe. Ainsi, avec une pointe de 1.5oz, vous serez alerté grâce à des mouvements parfaitement lisibles, causés par un très jeune gardonneau qui tente de vous ravir le pinkie que vous aviez fixé sur votre hameçon n° 18 (expérience vécue).

Bref, que du bonheur !

Daiwa

Le voilà, il est arrivé !

Il vous suffit de cliquer ICI pour découvrir les nouveautés DAIWA France.

Bonne lecture …

Feeder : frein avant ou arrière ? (2/2)

Aujourd’hui c’est au tour du frein arrière d’être à l’honneur.

Pour la pêche au feeder, les moulinets munis d’un frein arrière offrent l’avantage de pouvoir réagir plus vite pour actionner le bouton de frein. De plus, certains modèles possèdent un frein de combat qui vous permettra d’éviter une casse lors du rush d’un poisson très combatif. En contrepartie, à taille égale, ils sont légèrement plus lourds que les moulinets équipés d’un frein avant.

C’est selon vos goûts … , mais nous retrouvons encore Shimano et Daiwa dans le peloton de tête.

Shimano :

Stradic 2500 GTMRC ou Exage 2500 RC

Daiwa :

Team Daiwa S 2553Mi ou CF 2550X.

Bien entendu, les moulinets présentés dans ce blog ne constituent en aucun cas une liste exhaustive.

Il existe d’autres marques dignes de confiance également.

Feeder : frein avant ou arrière ? (1/2)

La question revient  à chaque fois que l’on s’apprête à choisir un nouveau moulinet destiné à la pêche en eau douce : frein avant ou arrière ?  Il y a des inconditionnels dans chaque catégorie mais on peut parfois changer d’avis …

Il faut bien reconnaître que le moulinet à frein avant revient en force depuis quelques années,  je vais donc commencer par lui.

D’ailleurs, les gammes de frein avant se sont tellement étendues que celles relatives au frein arrière, si prisé pour l’eau douce, sont devenues une denrée plus rare. Qui l’eut cru … ?

Pour la pêche au feeder, le moulinet ne doit surtout pas devenir une contrainte car le nombre de lancers est important durant une partie de pêche. Il faut donc un produit qui s’adapte bien à la canne et principalement par rapport à son poids.  Par exemple, si vous placez un « moulin » de plus de 500g sur une canne feeder de 3.30m très légère, vous allez vite ressentir un déséquilibre dans l’ensemble, au risque même de ne plus apprécier les qualités intrinsèques de votre canne.

Disons qu’un moulinet de 350 g représente presque un maximum pour se joindre à une canne feeder « intermédiaire ». Il y a toujours des exceptions et l’on pourrait très bien monter en poids au niveau du moulinet si la nécessité devait nous conduire à utiliser une canne très forte, donc plus lourde, dotée d’une puissance de 250g par exemple.

Donc, pour cette pêche il est utile d’approfondir sa recherche car interviennent d’autres critères durant la sélection du moulinet comme la contenance de la bobine, le ratio du tour de manivelle, le nombre de roulements à billes et, bien évidemment, le prix.

A l’heure de choisir un moulinet, il y a deux marques que je considère comme incontournables pour ce type de pêche : Shimano et Daiwa.

Shimano :

Stradic 2500 FD ou Exage 2500 FC

Daiwa :

Team Daiwa Match 3012 ou Exceler S 2500.

Oui vous avez raison, le choix est cornélien…

Canne feeder

Laquelle choisir parmi toutes ces cannes destinées à la pêche au feeder ? Pas facile, il est vrai …

Le budget ne fait pas tout car même dans le rayon des cannes dites « très haut de gamme », on ne trouve pas nécessairement LA canne idéale (tant convoitée …). D’ailleurs, ce choix est souvent très personnel car poids, puissance, longueur doivent correspondre à la fois à votre morphologie, à vos lieux de pêche préférés, aux poissons recherchés et à vos goûts en matière d’esthétisme. C’est aussi la raison pour laquelle les pêcheurs possèdent plusieurs cannes, complémentaires entre elles, pour le même type de pêche.

Par exemple, pour petites, grosses rivières et fleuves,  l’idéal consisterait à disposer de trois cannes :

  • la première, « maniable« ,  courte (3m/3.30m), très légère, peu puissante pour une pêche tout en finesse agrémentée de feeders ou plombs de faibles poids.
  • la seconde, « intermédiaire« , plus longue (3.60/3.90m)  détiendrait un nerf assurant la maîtrise de plus gros poissons dans le courant.
  • la troisième, « robuste« , (3.90 m/4.20m)  très puissante afin de : soit lutter contre des poissons plus lourds et très combatifs, soit lancer un feeder à longue distance, soit les deux. Certes, il existe des cannes qui regroupent parfois deux des trois caractéristiques relatives à ces modèles, mais elles sont souvent rares et onéreuses.

Vous connaissez, au moins de nom, la marque Garbolino. Ce fabricant de cannes à pêche est installé en France depuis 1945, sa collection de produits est impressionnante. Dans le rayon des cannes feeder, il existe chez Garbolino, une série très performante qui se nomme « Maxim Carp Feeder ». Vous pourrez remarquer que, parmi celle-ci, figure la « MXF 3903M » qui offre de grandes possibilités en guise de canne « intermédiaire« .

Jugez plutôt :

Longueur : 3.90m
Puissance : 30-100g
Poids : 250 g

Le rapport longueur/poids/puissance de cette canne est remarquable grâce à un blank en nappe de carbone HR/IM, des anneaux T-Ring compatibles avec les tresses, une poignée EVA/liège, un porte-moulinet tubulaire à vis inversé avec partie mobile en EVA, le tout livré avec 3 scions.

Une fois la canne choisie, il reste une autre sélection importante également : le moulinet.

Cela fera l’objet d’un prochain article.